AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La fougue Auscitaine douchée par un contre assassin du L.O.U et un arbitrage en question, pour une victoire Escamotée 18 à 25 !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Décalages…

Michel Sespiaut - Chroniques en plein Gers


Hommes du match : les 23 joueurs Auscitains et les 1500 spectateurs de Jacques Fouroux

Samedi 27 Février 2010

Stade Jacques FOUROUX à AUCH
Petite chambrée 1500 spectateurs
ARBITRE Mr SCAFER ( Comité du Limousin )

FC AUCH Gers 18 L.O.U Lyon Olympique Universitaire 25


Evolution du score: 7-0, 7-3, 7-6, 7-9 ,12-9, 15-9 mi temps
15-12, 15-15, 15-22, 15-25, 18-25 .

L.O.U : 1 E Romanet(70); 6P (13,25,53,66,76) 1T (70) Loursac

FCAG : 2 E Ricaud(4 ); Bruere(28) 1 T (4) Clarac ; 2P (40,78) Cortes

FCAG AUCH : Duffau,Bosque,Acebes,Paterson,Bastélica( Berot2),(o) Cortes(m) Clarac ( Salle Canne, 31 ), Medves,( Eymard 64),Ricaud(Rongieras 59) ,Espagno, (Landry 80) ; Tapasu,(Penalva,49) , Valdes ;Menkarska(cap),Bruere,Suster(Delom64)

L.O.U Lyon Olympique Universitaire : Loursac,Romanet,Raffault,
( Wakanivuga 49),Galopin,Ratuvou,(o) Sadourny( cap) , ,(m) Salobert( Nicoud 48 ),Seve,Mallier5Nauroy 49 , Nzi,Fakate,Hehea,(Portier59),Pakihivatau ( Castellina 56), Taukafa 53 ) , Fiard.


La fougue Auscitaine douchée par un contre assassin du L.O.U et un arbitrage en question, pour une victoire Escamotée !

Il est des matchs, des soirées ou on a pas envie de dégoiser sur des considérations technico tactique, bien vaines au regard du déroulement d’un match ou l’influence du directeur du jeu et ses assesseurs compromirent le bon déroulement de la rencontre
Ce n’était pas le L.O.U qui attendait le FCAG au coin du bois, mais la contradiction du jour viendrait surtout du comportement irresponsable et détestable du directeur du jeu, ce bon Mr Sclafer

Préjudiciable au point de porter les débats à ébullition

Fort heureusement réjouissons nous de ce que l’ensemble des joueurs des deux camps se soient contenus dans une rencontre ou l’empoignade comme l’engagement furent total et sans merci, comme peut en témoigner la rudesse des contacts et la blessure aux cervicales de Thomas Bastelica sur une action de jeu Voilà qui atteste s’il le fallait de la virulence de l’affrontement tout le long d’une partie promise dés l’entame brulante aux protégés de Gregory Patat et Julien Sarraute
Des Auscitains après le bon point pris à Tarbes , qui avaient à cœur de faire oublier la déconvenue à domicile de l’ouverture hors sujet devant Mont de Marsan .

Il est des match ou l’on regrette la contrariété des aléas climatiques l’arbitre et la pluie, ces incertitudes avec lesquels il faut composer comme aimait à le dire Lucien Mias ce grand ancien de l’équipe de France
La pluie qui s’obstine à accompagner nos matchs à domicile n’avait pas douchée la constance des 1500 fidèles venus accompagner une fin de saison courageuse des Rouges et Blancs Auscitains.
Qu’il me soit permis de les remercier pour leur soutien indéfectible qui nous permet de résister quand le doute nous assaille sans jamais céder au découragement .

Un signe de ralliement

Mais il y est des soirs ou face à l’adversité du mauvais temps des blessures, des injustices on a surtout envie de se resserrer ; de former le cercle comme dans un vestiaire embué ou l’émotion se dispute à la fierté d’appartenir à un groupe à une équipe ; à un club qui veut rester debout et digne et souhaiterait des instances qu’lle lui manifeste un peu plus de considération
Au bar des amis une lumière brillait dans la nuit pas prêt de s’éteindre
Elle éclairait la défaite cruelle , au même moment elle brillait aussi dans les yeux de David Penalva jeune Papa le jour même d’une petite Celia .

La plus jeune supportrice du FCAG était née , elle attendrait seulement un peu la première victoire dédiée mais elle pouvait être fière de son papa et ses copains. La fidélité aux hommes et aux valeurs avait encore du sens dans ce petit coin du terroir Gascon, c’était réconfortant

Ces valeurs que certains regardent avec condescendance que d’autres jugent désuètes face à l’empire des moyens , sont pourtant la signature identitaire de l’exception Gersoise , la force est en eux !

Quelque chose me disait au fond de moi, malmené comme tous les copains par une défaite injuste, aggravée par la morgue imbécile des préposés à l’arbitrage ; que tant que nous aurions cette flamme au cœur, notre vieux FCA tiendrait debout et porterait beau
Comment expliquer autrement le dévouement de ces anonymes qui passé minuit nettoyaient le grand chapiteau des reliefs de la réception de la bodega Paquito , une exception face à la course éperdue du professionnalisme triomphant dont on annonce toujours la mise sous tutelle de l’économie des moyens sans jamais la voir

Haut les cœurs les amis, car en dépit de la défaite, je m’empresse de dire aux absents du Moulias qu’ils ont eu bien tord de rater un match pareil, quand les Lyonnais suèrent sang et eau pour arracher la victoire

Un mal pour un bien

Quand l’amertume d’être floué se dispute à la révolte de ne pas être considéré voilà des mauvais coups répétés qui te soudent comme jamais, en dépit de la défaite nous étions fiers d’être un petit maillon dans la chaine de ce club modeste et génial
Une résistance dédiée à tous ceux élus ou capitaines d’industrie qui font avec lui cause commune et sans lesquels l’étendard du Gers ne flotterait plus tout en haut de la tour d’Armagnac, Capitale de la Gascogne face à la Capitale des Gaules, choc improbable , combat de titans entre la cité et ses 25000 habitants et la troisième ville de France Entre Gers et Rhône , rugby pluriel entre tempérance et tempérament , le cœur et la raison , le bulldozer face au romantisme

Quelle autre situation nous offre la possibilité d’affirmer nos convictions , porter la tradition de notre fière province à l’affiche

L’Union sacrée

Les amis , unissons nos efforts mobilisons nous , conjuguons nos forces comme nous avons su le faire l’an passé quand la patrie était en danger pour aider notre club à grandir afin que perdure encore longtemps l’exception Gersoise dans le rugby Professionnel . Elle y est indispensable aussi au nom d’une certaine éthique.

Ca commence par une affluence au stade que j’appelle de mes vœux pour porter nos joueurs, à se dépasser encore samedi devant Dax.
Ce matin, la défaite injuste à peine digérée c’est bien plutôt de justice qu’il sera question
Comment rendre justice en effet à 23 gamins, belle jeunesse superbe de volonté de solidarité et de courage, comme on en voudrait plus de preuves dans notre société et nos entreprises

Assez fiers pour défier la machine de guerre redoutable du L.O.U venu en Armagnac à la conquête d’une troisième place qualificative qui leur ouvrirait une demi finale à domicile et des espoirs d’accession au trône du TOP14

Paradoxal pour qui se souvient qu’il y a 4 ans , le bonus défensif complaisamment abandonné par les Gersois d’Henry Broncan, vainqueurs magnanimes des Lyonnais à Vuillermet , et cette dernière pénalité offerte au Gersois négligée au treme de la partie qui sauvait la capitale des Gaules d’une relégation en fédérale 1 qui aurait ruiné les espoirs programmé de montée du L.O.U sur fond de concession de stades et d’ échanges entre le projet de création d’OL Land des footeux et Gerland rebaptisé terre de Rugby ( cf. Chronique de l’époque )
Au moment ou les Lyonnais levaient les bras au ciel au milieu de la pelouse de Jacques Fouroux pour fêter une victoire si dure à acquérir, ce souvenir m’assaillît comme un rappel à une saine retenue

Parfois l’allégorie qui porte plus loin ma plume doit s’effacer un instant devant le poids des chiffres et des évidences +
Sur la balance du cœur les kilos de la raison faisaient pencher irrésistiblement le fléau. Rendez vous compte , le pack Auscitain rendait hier soir 100 kg aux avants de la capitale des Gaules

Un peu comme si nos « irréductibles « avaient joués à 7 contre huit tout le match , luttant jusqu’à l’épuisement sans défaillir
Qui aurait pu peser le rapport de force à voir l’affrontement féroce en mêlée fermée, quand les Auscitains bousculèrent tout au long du match les évidences, suppliciant en mêlée fermée les Colosses du Rhône, dans une lutte d’autant plus admirable qu’elle était vaine, tout était perdu fors l’honneur

Les Auscitains s’étaient promis de faire toucher un genou à terre à un gros, ils furent tous à la hauteur d’une empoignade virile, ou les tempéraments Lyonnais se livrèrent sans retenue Sous le regard impassible du référé, les déferlantes sauvages avaient dés l’entame envoyé au tapis l’ailier Auscitain Thomas Bastelica les cervicales froissés par le concasseur Rhodanien
Le duel attendu entre Christophe Clarac et Brice Salobert tourna cours quand Christophe se claqua malheureusement dés la 31 ème sur une tentative de pénalité et le duel tourna court , Il avait été excellent jusque là

Comme en écho , Jean Pierre Elissalde le soulignait avec élégance à sa façon à l’antenne du match Agen-Oyonnax citant les nombreux joueurs présents passés par Auch, Chavet Nmomo Edmon Samuel …« là bas on n’y perd pas son temps ! » à méditer pour tous ces joueurs qui préfèrent liment le banc des équipes professionnelles en privilégiant le gain immédiat plutôt que de se bonifier dans des clubs plus modestes mais reconnus qui leur donneront la possibilité de s’exprimer

Brice sortit à la 48ème et fut chaleureusement applaudi par les connaisseurs qui n’oublient pas leurs joueurs, car si les aléas d’une carrière peuvent te faire partir un jour d’Auch, tu ne la quittes jamais ! On aurait aimé aussi retrouver Nicolas Bentinck que l’on salue , car il continue de lire assidument ces chroniques .

Mr Sclafer un arbitrage … au bout du rouleau

On dit de l’humour que c’est l’arme des faibles, c’est à voir !

Pour parodier Alexandre Dumas au pays des mousquetaires de Charles de Batz, frondeur batailleur et querelleur , les armes historiques des Gascons ;

A la fin de l’envoi je touche !

bafouant le panache de l’équipe Auscitaine , un petit homme commis arbitre de son état, égaré du comité du Limousin , flanqué de tristes sbires dont un de ses assesseurs du comité de Provence semble t’il , grossier et provocateur à l’encontre des joueurs mériterait la citation
une bande malfaisante à chasser de nos mémoires comme disait un grand oncle et en tous les cas récuser urgentement de la gestion de matchs professionnels , à bon entendeur salut , Mrs de la fédération.
Ces amateurs bien peu éclairés ,étrangers au doute comme la plupart des incompétents comme à l’ abécédaire du comportement psychologique se dévoyèrent pour mater la rébellion Gasconne

Pas question de troubler l’ordre établi et la marche en avant Lyonnaise que la barnum médiatique appelle de ses vœux, le triste sire y veillerait sans assumer jusqu’au bout sa parfaite mauvaise foi, matant consciencieusement la révolte Gasconne , réprimant toutes velléités jusqu’à expulser en bout de match Greg Menkarska capitaine courage lui qui en a pourtant vu d’autre pour propos déplacés , quand l’espiègle s’interrogeait sur la performance arbitrale !

Nous étions 1500 à penser comme lui, mais la jeunesse et la spontanéité seraient châtiés comme il se doit, Mr Sclafer y veillerait ! .
Carton rouge au corps arbitral !

En réalité ce carton rouge de honte qu’il brandissait c’est à lui même qu’il l’adressait pour l’ensemble de son œuvre, ridicule et pathétique drapé dans sa vertu outragée sortant sous les quolibets des populaires qui n’avaient jamais aussi bien portées leur nom.
il était temps pour ce triste arbitre, la forfaiture accomplie de regagner ses pénates Limougeaudes, la voiture enrubannée de papier à usage unique pour lieu d’aisance par quelques spectateurs facétieux. Encore n’eut t’il pas à se plaindre il bénéficia d’un rouleau neuf qu’il serait sympathique de restituer avant la réception de Dax, au cas ou il doivent resservir !
Une distinction que l’on croyait disparue et que l’réservait antan pour des arbitres de série nécessiteux en guise de décoration au terme de match douteux le référé interloqué par l’hommage pris le temps de photographier l’œuvre éphémère , surement en souvenir pour son album personnel

A moins qu’il ne consigne pareille constatation dans son rapport policé , sa notoriété en serait assurée et la passage à la postérité sous le titre

A Auch , Mr Sclafer perd ses papiers !

Nous ne saurions que trop l’encourager à nous envoyer le cliché pour illustrer cette chronique de match qui pourrait coincider avec le triste jubilé d’une carrière brutalement compromise , auquel cas il serait dommage de ne pas lui rendre hommage… une dernière fois!
En parodiant l’inestimable Michel Audiard en guise de conclusion je lui dédie cette tirade indémodable tirée du film culte au titre prémonitoire « Les Tontons flingueurs » dont je dois le rappel à mon grand ami Philippe F .
« les cons ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnait ! »

Mr Sclafer réussit la prouesse en 1h30 d’exercice consommé, de révulser le public de Jacques Fouroux , multipliant les décisions à sens unique, traduites par un bombardement de pénalités permettant aux Lyonnais de meubler le score et de rester au contact de Gascons cavaleurs au score

Grâce à sa sollicitude les fautes s’avérant toutes Gersoises, les Lyonnais qui tanguaient n’étaient menés que de 6 points à la pause, alors qu’ils avaient encaissés deux essais de belle facture , le premier sur un rush opportuniste dans les 22 mêtres d’Alex Ricaud volant en fond de touche un ballon à l’alignement Lyonnais .Le second à la corne par le guerrier Sébastien Bruere échappé de la fournaise avec la meute aux trousses et propulsé de manière irrésistible par ses coéquipiers dans l’en-but Rhodanien La fête était belle dommage qu’elle est était gâchée
Après match les entraineurs Lyonnais restaient impressionnés par la volonté Gersoise de ne rien céder alors que la maintien en vue ils s’attendait à ce que les Rouges et blancs n’oppose qu’une résistance de principe
C’était bien mal connaitre la force de la tradition d’une équipe qui a toujours arraché ses succès aux forceps même quand elle dominait son championnat de la tête et des épaules

Au lieu de quoi le L.O.U dut s’employer rudement pour faire plier sans jamais rompre, l’irrépressible résistance des maquis du Gers
Un hommage lointain à la résistance Lyonnaise, peut être ; surtout l’irrépressible envie de vivre d’une équipe soudée en diable , qui gagna les travées, rares et appréciable sont ces moments d’osmose , la communion retrouvée entre les supporters et leur équipe.
Il ne manquait que les graves et la voix de Malraux « Entre ici FCAG, fidèle à ta légende , opprimé tu résistera , bafoué tu te lèveras , l’armée des ombres et les assaillants du doute s’effaçait devant la belle jeunesse du Gers et la promesse d’un group qui veut grandir ensemble
Samedi Greg Menkarska sera suspendu pour la réception de Dax , Juan Manuel Murre retenu en sélection Portugaise ,se trouvera t’il deux piliers droits pour le suppléer .Nous serons tous là pour encourager , porter plus loin nos protégés fidèles à cette promesse de ne pas mettre le genou à terre

Gaétan Landry avec toute la foi et la fougue de la jeunesse pour tout passeport, rentrera peut être dans la légende à son tour, pour donner son maillot en fin de match à son ainé son modèle, et s’il devait être victorieux , l’occasion serait belle d’offrir la victoire à David et à sa maman dédiée à la naissance de la petite Celia venu grandir le cercle des « Auscitains irréductibles ».

«en daban toustem” – En avant toujours

L
Lou BERET

http://louberet.skyrock.com

http://www.gascognefm.com/
en ligne sur la Radio Gascogne FM RUGBY TERROIR AMAZONE – Le forum de discussion autour des comptes rendus de match

Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum