AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

AUCH PAU Une victoire Paloise 19 à 16 en trompe l'oeil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

RUGBY TERROIR AMAZONE Décalages …

La Chroniques en plein Gers * de Michel Sespiaut


« en daban toustem ” – En avant toujours


« Boule » alias Greg Menkarska David Penalva Vincent Campo Tao Tapasu Sergio Valdez et tous les autres après avoir renversés Oyonnax et Pau méritent le titre de la meilleure mêlée de PROD2 Une distinctio collective pour les hommes du capitaine Stephen Saint Lary
Mention spéciale aux 23 Auscitains




PAU s’impose 19 à 16
MT: (8-16 ), temps pluvieux en deuxième période, pelouse grasse, 5000 spectateurs, arbitre: M. Berdos (Ile-de-France)
Vainqueurs: 1 E Fromont (12), 4 P (4, 22) Darbo (39, 54) Hough, 1 T (12) Darbo
Vaincus: 2 E Ricaud (18), Saint-Lary (50), 2 P (Cool Bosque (66) Feilles
Evolution du score: 3-0, 3-3, 10-3, 10-8, 13-8, 16-8, 16-13,19-13, 19-16.
Auch: Bosque, Thierry, Acebes, Brethous (Paterson 58), Bastélica (o) Duffau (Feilles 50) (m) Salle-Canne (Clarac 50); Eymard (Medvès 44), Ricaud (Rongiéras 56), Saint-Lary (cap); Tapasu, Pénalva (Casals 69), Menkarska (Etchégaray 71), Campo , Suster (Delom 62).
Exclu. tempo.: Bosque ( 38, antijeu), Tapasu (60, brutalité). Buteurs: Bosque (1/2P, 0/2 T), Feilles ( 1 / 2 P)
Pau: Fromont; Dourthe, Fumat, Drouard (Hiriart, 50), Puyo (o) Hough (m) Darbo (Descons 25); Froment, Epito (Davies 56), Dearlove; Guicherd (cap. Andrew 69), Charlon; Kouider (Tomuli 33), Campergue (Maignien, 50), Jacquot (Fakalelu, 50).
Exclu. tempo.: Guicherd (48, antijeu). Buteurs: Darbo (2/2P, 1/1T), Hough (2/4 P), Descons (0/2 D).

Une victoire Paloise en trompe l’œil

Sol y sombra pour Lou Beth Ceu de Pau

Au regard des pronostics comme de la régularité de la saison ordinaire PAU devait l’emporter haut la main, même si au creux de l’hiver dans un stade du hameau congelé les mammouths Pyrénéens avaient calés devant les banderilleros Auscitains devant une poignée de courageux , frigorifiés , nous en étions !

Pour cette dernière journée, AUCH n’avait que son honneur à défendre
Oui mais sur cette terre douce et rebelle à la fois, l’honneur c’est beaucoup, même pour un match de gala face à un adversaire qui marche résolument vers son destin

Avec pour seule motivation de régaler leurs supporters et fêter le départ de quelques valeureux combattants, Penalva Ricaud et Roman Suster encore épatants hier soir

C’était beaucoup et presque trop déjà, pour des Palois secoués devant par cette volonté opiniâtre
Des Pyrénéens, malmenés tout au long de la rencontre surpris par la main mise des Gersois, dominateurs dans le combat d’avant, les mammouths pyrénéens tremblaient sur leurs fondations, quand ils ne décollaient pas le nez au vent tentant d’apercevoir non pas la ligne bleue des Vosges mais le Pic du Midi de Bigorre qui s’étire au-delà du plateau de Lannemezan

Et que croyait vous qu’il advint , l’ordre établi a triomphé à la Pyrrhus , Les Gersois ont rempli le stade jacques Fouroux raz la gueule pour la première fouis de la saison, débordé la bodega pour une fiesta caliente jusqu’au bout de la nuit , les demis tombaient comme à Gravelotte , pas un ne manquait à l’appel des copains d’abord
Le Rugby retrouvait ici droit de cité avec toutes ses traditions , d’aucun dirait ses lettres de noblesse , au pays de D’Artagnan le panache Blanc du bon Roy Henri avait trouvé à qui parler

Au final , La victoire Paloise s’appuie sur le déficit au pied Gersois
Elle fut bien aidée aussi par deux cartons jaunes, 20 mn à quatorze pour les irréductibles, dont un bien sévère injustement infligé à l’exemplaire Tao Tapasu, combattant loyal s’il en est

Une faute de gout supplémentaire pour un panel d’arbitres qui laissa l’infortuné Mr Berdos peu inspiré s’enfoncer dans un arbitrage approximatif
Le fantôme de Pierre Berbizier hantait encore sa mémoire, quand ses assesseurs le lâchèrent cruellement en refusant l’ultime pénalité Gersoise du match nul qui condamnait les Palois

le mérite Palois existe, portion congrue s’il en est , mais ils surent faire le dos rond , auteurs aussi d’un éclair de classe, sur une attaque fulgurante en première conclue par un essai lumineux de Fromont à la 12éme , mais comme dirait Bala « Lou Cat y magre »

Réduit aux acquêts par la volonté farouche des Gersois s’est montré juste assez lucide pour enquiller tout ce qui se présentait devant les pieds de Hough et Darbo tenant leur équipe à la pointe de leurs godasses
Il fallut déchanter avant la délivrance pour la colonie des 3000 supporters Palois, vague verte qui avait déferlée sur le Moulias , bousculant un peu la douceur Gersoise endormie par une saison laborieuse
Tout était conjugué pour voir la Section Paloise s’imposer sans coup férir devant ces Auscitains besogneux opiniâtres, scotchés à la treizième place du championnat, brefs des pénibles sans grades pour ses grands penseurs du rugby aux gueules d’inquisiteurs pour lesquels le rugby se résume à un chapelet de passes avant contact un pater et trois ave pour absolution afin d’évangéliser les masses

ça c’est pour la version convenue biens pensante , qui ne rend pas justice à une équipe qui a conquis le championnat deux fois en 7 ans

Au moindre coup de Trafalgar c’est l’amitié qui prenait le quart
La fierté et l’esprit de corps de la Gascogne Auscitaine ne sont pas qu’une une légende pour passéiste ou nostalgique attardé, demandez aux avants Palois passés au laminoir ce qu’il en pensent ?

Concassés , vrillés, brisés , à en dégueuler de trouille, de se faire sortir en bout de match, réduits à monter des quilles pour laisser filer le chronomètre empêtrés dans d’interminables arrêts de jeu et d’anti jeu comme cet ultime coup d’ épaule sur Titi Bosque qui tentait une relance audacieuse , sous les yeux impassible de l’impayable docteur Berdos

Qui a gagné, qui a perdu, le planchot à ses raisons que la morale ne connait pas , pas sur que cette victoire à la Pyrrhus fasse des Palois favoris en demie face à Lyon
Les plumes laissées à Jacques Fouroux ne compteront pas pour rien croyez moi au décompte final ! Mais après tout aucun match ne ressemble à un autre et l’espoir fait vivre
je ne renierai pas mes racines Béarnaises en leur souhaitant bonne chance et bon courage

Ce mal endémique de buteur empoisonne la saison Gersoise depuis le début de saison, les points envolés furent un aubaine pour les actions Sectionistes revues à la baisse :

Châtiés en mélée les Béarnais sont passés par le chas de l’aiguille et s’impose grâce à une pénalité enfumée, refusée à Benjamin Feilles

Erreur d’arbitrage que la retransmission télé de Sport + condamne impitoyablement

Quand l’incompétence tourne à la suspicion , on ne peut que constater que le fléau de la balance retombe toujours sur le plus modeste quand bien même il aurait le mérite d’avoir gagné sa place au milieu des autres à la loyale
L’arbitrage Français en délicatesse avec son professionnalisme, c’est le rugby Français tout entier qui boite et s’enlise dans des polémiques sans fin, et qui empoisonnent le climat , Il faudra tout ou tard redonner à l’éthique toutes sa place sous peine de décrédibiliser la compétition et d’en faire la piste aux étoiles … filantes

Pan sur le bec

Crise de vocation parait il , à voir le « chef de gare assesseur » crucifier les avants Gersois à deux reprises , il semble bien que les cerbères au front bas et à la coupe aérodynamique aient encore de beaux jours devant eux , Qu’ils en profitent ça ne durera pas !
Au moment ou on annonce plus de 100 joueurs professionnels sans club à l’intersaison, la resucée de 40 K Euros infligée aux clubs en cours de route cette saison eux qui tirent le diable par la queue , à quelque chose d’indécent du coté de la LNR quand on voit l’inconstance du corps arbitral dans ses prestations et interprétations au regard du monolithisme de l’arbitrage Anglo Saxon avec lequel vous savez au moins sur quel pied danser
Intouchable, je dirais plutôt indéboulonnable , confits dans leurs pseudo certitudes à rester les mal aimés , les incompris , au lieu de s’ouvrir tel u Didier Méné en fin de carrière



La mêlée la grande cocue de l’arbitrage Français

Berdos étrillé par Pierre Berbizier a Clermont a été trahi par ses assesseurs à Auch deux jours plus tard , Judas n’y retrouverait pas ses frères et la crucifixion se profile sur l’autel du bouc émissaire

Sans tirer sur l’ambulance qu’il nous soit permis toutefois d’interpeller Mr Berdos sur son impassibilité devant la leçon Gersoise en mêlée , concédant chichement des pénalités et quelques bras cassés tel un Ecossais mâtiné d’Auvergnat, assez avaricieux pour laisser pantois tous les spécialistes et n’avoir pas infligé la moindre faute technique à une mêlée Paloise au supplice durant 80 mn !

Même réduits à 14 durant 20 mn les Gersois privés de Tao exemplaire avaient encore la moelle le coeur et les tripes pour basculer la mélée Béarnaise cul par-dessus tête et jusqu’au score final qui réclamait au moins la parité

Pourtant belle leçon , Le vestiaire Auscitain n’était pas triste ni abattu même pas résigné , presque indifférent au nul escamoté , car l’objectif n’était pas là , le pacte avait tenu toutes ses promesses , AUCH venait dans la petite lucarne de redorer son blason, vainqueur moral d’un match de très haute intensité à défaut de jeu débridé , mais un vrai match de phase finale labellisé

Il s’en foutait comme l’an 40 de cette victoire escamotée , le môme Brethous du haut de ses 18 ans titulaire hier soir , bouille juvénile , yeux écarquillés, heureux comme un gosse qu’il est au milieu des grands frères pour fêter l’amitié et arroser d’une larme noyée par la sueur , le départ de ceux qui vont nous quitter , parfois à leur corps défendant et qui crèvent de ne pas pouvoir continuer la belle aventure humaine , pour quelques dollars de plus ….

Ça mes amis ça vaut toute les victoires fussent t’elle tirées par les cheveux , Extraordinaire comme l’ami Gilles tout en attention discrète
La retenue en distinction, ce FCAG là a du corps

Joel Rey le coach Palois dignement sut tirer l’échelle, pas dupe de la victoire en trompe l’œil, conscient de l’état des troupes oscillant entre bonheur et soulagement. Le baume de la victoire aura du mal à effacer les traces du combat avant la demie à Lyon , qui ne s’annonce pas comme une sinécure

Les oies sauvages jusqu’au bout de la nuit Auscitaine …

(dédicace à Renaud .B)

La nuit Auscitaine allait emporter nos rêves plus loin au pays des lendemains qui chantent, peuplés d’oies sauvages au dessus des étangs on allait allumer le feu de l’amitié, un « jump » plus loin l’hymne des Olympiens pouvait cracher ses dernières flammes , la dernière pinte de bière hoqueter derrière la tireuse chromée avec cette pointe d’amertume celle du du départ
Nous étions encore tous groupés débout vivants à faire le cercle avec une équipe de joyeux drilles , à croire que décidemment ce club relevé de tout , fédérateur comme jamais , ce capital d’hommes inestimable à nos yeux de partisans irréductibles , nous réservait encore de bien belle surprises Nous repartirions tous pour un autre tour de piste , pour le bonheur d’en être au milieu des copains , quand l’un manquait c’est qu’il était mort ( Georges Brassens)
Approchez mesdames et messieurs dans un instant ça va commencer


“En davant toustem” – En avant toujours

Michel Sespiaut

http://louberet.skyrock.com

Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

2 Respect de l'arbitrage... le Mar 1 Juin - 23:00

La formation au FCAG, cela passe aussi par l'arbitrage
L'arbitrage est un outil supplémentaire et un atout non négligeable dans la formation de nos joueurs. L' indiscipline est aujourd'hui responsable de bien des résultats de matchs, des cadets aux professionnels.

Nos jeunes mousquetaires, Maxime Marcoud, Grégory Desbarats, Clément Bergeret, Florian Pasche et leur capitaine Gauthier Ader, ont successivement été qualifiés à l'échelon territorial (victoire sur Lombez-Samatan), puis régional (2ème de Midi-Pyrénées) et viennent d'accéder à la finale nationale qui aura lieu à Paris le 29 mai, jour de la finale de TOP 14, à laquelle ils auront la chance d'assister en tant que spectateurs privilégiés !

Nous souhaitons bonne chance à nos 5 jeunes qui tenteront de porter haut les couleurs de leur club, en faisant valoir leurs connaissances des règles du rugby et la qualité de la formation au FCAG.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum