AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

AUCH AURILLAC 20 à 19 Dans la douleur et grace à ses valeurs AUCH s'impose d'un point en bout de match

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]





Un point c'est tout !

On se souviendra longtemps de cette victoire Auscitaine arrachée d'un point,
au terme d'un match étouffant aux massifs du centre
( 20 à 19 ) ,

le même jour ou grâce aux mêmes dispositions d'une défense hors norme , la
France arrachait aussi d'un point aux Gallois sa place en finale de la coupe
du monde face au tsunami Blacks qui a balayé l'Australie et sa mélée en bois
ce matin

Cette année , il sera dit que rien ne se fera sans douleur
Hier soir, le déficit en puissance des Auscitains fut compensé par une
abnégation dans les placages de tous les instants , étouffant les vagues
Cantaliennes , face a des Auvergnats qui avaient récupères la plupart de
leurs mondialistes , alors même que les Auscitains étaient prives de tout
talonneur de métier , Yaya DELOM le gaucher passant dans la cage , suppléé
en fin de match par le jeune Sylvain ABADIE du haut de ses 21 ans

Les " anciens " Menkarska et le capitaine Saint Lary surent rassembler les
énergies , et y croire jusqu'au bout , alors même qu'à l'heure de jeu , les
Gersois étaient menés de ... 10 points , (19 à 10 )
La cabanne tombée sur le chien , mais le chien
N'était pas mort , pour ceux qui se souvenaient que les Aurillacois ont du
mal depuis le début de cette saison à finir leurs matchs

Coaching gagnants

Les remplaçants Auscitains apportèrent leur contribution décisive

L'essai de Jonathan BRETHOUS en fut tout le symbole
Dans l'opposition de style , la défense de fer et la vivacité Auscitaine
prirent le pas inextremis sur la puissance des Cantalous

Avant deux déplacements délicats a négocier à Bourgoin
et Grenoble , ces 4 points dans l'escarcelle et une huitième place , font du
bien aux têtes et aux cœurs

Les Auscitains sont toujours debout maitres de leur destin
dans une Pro D2 toujours plus indécise conduite pour l'instant par des
Dacquois ressuscites

En daban toustem ...

Lou Beret


Mathieu De Pauw a réalisé une bonne prestation./Photo DDM Nedir Debbiche

Partager
Auch 20 - Aurillac 19

MT 6-6. Temps agréable. 2500 spectateurs. Arbitre: M. Lamirand (Béarn).

Vainqueurs: 1 E (76) Brethous, 4 P (9, 47, 64, 71), 1 D (28) Dut

Vaincus: 1 E (44) Coetzee, 3 P (37, 50, 58), 1 D (5), 1 T (44) Petijean.

Evolution du score: 0-3, 3-3, 6-3, 6-6, 6-13, 9-13, 9-16, 9-19, 12-19,
15-19, 20-19.

AUCH: Grimaud; Bosque, Acebes, Vulindlu (Brethous, 57), Ascarat (Duffau, 58)
(o) Dut (m) Clarac (Salle-Canne, 47); Medvès (Jenkins, 15), De Pauw,
Saint-Lary (cap); Tapasu, Bernard (Lacroix, 47); Menkarska (Bougherara, 63),
Delom (Nérocan, 47), Magnan (Abadie, 40).

Exp. temp.: Nérocan (75, Brutalité). Buteur: Dut (4/6 P), 1/1 D, 0/1 T)

AURILLAC: Petijean; Valentin, Herry, Kemp (cap), Coetzee (Ratu, 77)(o)
Pottas (m) Boisset (Gracia, 58); Hireche, Maninoa, Maituku (Roca, 72);
Datunashvili, Pinet (Marechal, 65); Natsarashvili (Basile, 40), Clark
(Catanzano, 61), Asieshvili (Fournier, 40).

Exp. Temp.: Basile (75, brutalité). Buteur: Petijean (3/5 P, 1/1 T, 0/1 D)

La note du match: 9/20

L'homme du match: Mathieu DE PAUW (Auch)

C comment allaient réagir les Auscitains après la mini-trêve ? C'était la
question que se posaient beaucoup d'observateurs et bien, c'est loin d'avoir
été une partie de plaisir. Si la victoire a mis très longtemps à se dessiner
et qu'au final, elle a été très heureuse, il n'en demeure pas moins que les
cœurs des supporters ont été mis à rude épreuve. Ce sont les Aurillacois qui
se sont mis les premiers en évidence et leur buteur Maxime Petit Jean leur
permettait d'ouvrir le score sur un drop de 35 mètres : Auch 0 - Aurillac 3
(5e). Après un fond de touche bien négocié par Matthieu De Pauw, les
Cantalous se mettaient à la faute, Pierre-Alexandre Dut égalisait : Auch 3 -
Aurillac 3 (9e). Les deux équipes se montrent indisciplinées mais c'est sans
conséquence car les buteurs respectifs loupent la cible : Petit Jean (14e et
22e) ainsi que Dut (19e). Sur une relance auscitaine de Sébastien Ascarat,
les Cantalous font écran, suite à la pénal-touche qui s'en suit, Dut claque
le drop : Auch 6 - Aurillac 3 (28e). Les Gersois se font prendre en position
de. hors-jeu, Petit Jean remet les deux équipes dos à dos : Auch 6 -
Aurillac 6 (37e). Les Cantalous terminent fort le premier acte mais Boisset
manque de soutien et Auch se sauve. C'est sur ce score de parité que M.
Lamirand siffle la mi-temps. Les Aurillacois reviennent avec beaucoup de
détermination, l'ailier Arno Coetzee est à la conclusion d'une grosse
séquence de pilonnage, Petit Jean transforme l'essai : Auch 6 - Aurillac 13
(44e). Les Auscitains ne désarment pas, Dut sur pénalité réduit le score :
Auch 9 - Aurillac 13 (47e). Les Cantalous multiplient les attaques, les
Gersois commettent une faute au sol et Petit Jean redonne un peu d'air aux
siens : Auch 9 - Aurillac 16 (50e). Le buteur aurillacois ne tremble pas sur
une nouvelle erreur gersoise : Auch 9 - Aurillac 19 (58e). L'ambiance
devient pesante, le jeu est toujours haché par des actes d'indiscipline,
cette fois c'est Dut qui en profite sur pénalité : Auch 12 - Aurillac 19
(65e). Les Auscitains se montrent dangereux par Jonathan Brethous et Dut,
les Cantalous sont sanctionnés et Dut passe une nouvelle pénalité : Auch 15
- Aurillac 19 (71e). Les esprits s'échauffent après une mêlée et M. Lamirand
envoye Mickaël Nérocan et Nicolas Basile méditer dix minutes sur le banc de
touche (73e). Mais le bras cassé en faveur d'Aurillac se transforme en
pénalité pour les Gersois. Ces derniers choisissent la pénal-touche, après
deux regroupements, ils lancent une attaque grand large et c'est finalement
Jonathan Brethous qui vient délivrer le public du Moulias, l'essai n'est pas
transformé : Auch 20 - Aurillac 19 (76e). Les Auscitains sont devant au
score mais ils doivent faire face à une série de pick and go adverses. La
défense gersoise tient le choc, elle évite de se mettre à la faute cependant
elle ne peut empêcher Petit Jean de tenter un drop mais le ballon passe à
côté des barres. M. Lamirand siffle la fin du match sur ce maigre avantage
d'un point mais qu'Auch a eu chaud.



L e FCAG, qui restait sur une série de six succès à domicile face à
Aurillac, a donc accroché une septième étoile,
hier soir, sur les bords du Gers.

Le devoir accompli permet aux Auscitains d'enchaîner les déplacements qui
suivent, à Bourgoin et Grenoble, sans pression.

pour parvenir à ses fins, dans la douleur il a fallut composer avec un
paramètre dont les irréductibles se seraient bien passés

Tandis que les adducteurs de Romain Casals et Sébastien Bortolucci sifflent
toujours, c'est une déchirure à la cuisse qui a contraint Luc Bissuel à
déclarer forfait à son tour.

Privé de ses trois talonneurs, l'entraîneur gersois a du décider de coller
le numéro 2 dans le dos de Yannick Delom et le 16 dans celui de Sylvain
Abadie.

Certes, le premier a déjà occupé le poste en espoir et le second n'est pas
rétif à l'exercice. Il n'empêche que le FCAG se présentait face à Aurillac
avec six piliers sur la feuille de match.

Une première qui pouvait « poser des problèmes à l'impact mais donna du
poids à la mêlée sans être préjudiciable au niveau de la mobilité »

Ces aléas les ont obligés à réviser les gammes de la conquête aux
entraînements en prenant du retard sur l'évolution programmée des séances

: « Il était difficile d'avancer sur d'autres choses. On a fait au plus
juste en travaillant sur les fondamentaux ».

C'est aussi pourquoi une séance nostalgie chère au petit caporal , Jacques
Fouroux a été offerte au public du Moulias dans la mesure où le numéro 9,
Christophe Clarac, était préposé aux lancers en touche.

Du moins tant que Yannick Delom était sur le terrain, Sylvain Abadie étant
jugé apte à l'exercice.

Mis à part ces ajustements obligatoires, Patat et Sarraute avaient reconduis
la même formation qui s'était imposée devant Albi, faisant de nouveau
confiance au talentueux trois quart centre sud-africain Luzuko Vulindlu,
malgré son peu de vécu avec le groupe.

En revanche, le troisième ligne fidgien, Josefa Domolaïlaï, enfin arrivé à
Auch, attendra encore un peu. Il aura peut-être sa chance et moins de
pression à Bourgoin ou à Grenoble.
L'entorse au genou de Frederic Medves devrait accélérer son intégration dans

l'attente du retour a ka compétition du sécateur Mickael EYMARD

Les équipes
Auch :

Grimaud ; Bosque, Acebes, Vulindlu, Ascarat (o) Dut (m) Clarac ; Medvès, De
Pauw, Saint-Lary (cap) ; Tapasu, Bernard ; Menkarska, Delom, Magnan.

Remplaçants : Abadie, Nérocan, Lacroix, Jenkins, Duffau, Salle-Canne,
Brethous, Bougherara.

Aurillac :

Petijean ; Valentin, Herry, Kemp (cap), Coetze (o) Pottas (m) Boisset ;
Hireche, maninoa, Maituku ; Datunashvili, Pinet ; Natsarashvili, Clark,
Asieshvili.

Remplaçants : Catanzano, Fournier, Marechal, Roca, Gracia, Yobo, Ratu,
Basile.

3 questions à
Julien Sarraute
Quel bilan tirez-vous de ce premier bloc de cinq matches ?

« Il est très mitigé, mais correct au point de vue comptable. Nous avons
connu un début difficile avec la déconvenue survenue lors du match contre
Dax. Cela a laissé indéniablement des séquelles. Nous avons tiré des
enseignements de ce revers pour réagir. Nous sommes parvenus à nous
remobiliser très vite et ça commence à porter ses fruits ».

Est-ce que la mini-trêve a été salutaire ?

« On le verra ce week-end. Elle est tombée à point nommé, particulièrement
en raison de la cascade de blessures. On a laissé quelques jours de repos
aux joueurs qui en avaient bien besoin avant de recommencer jeudi pour
préparer au mieux le match à venir ».

Comment voyez-vous ce match face à Aurillac ?

« Ce sera difficile comme lors de toutes les rencontres. On voit bien que
tout le monde est capable d'aller s'imposer n'importe où. Ce championnat est
vraiment compliqué. On fait ce qu'il faut aux entraînements pour retrouver
de la sérénité. Cependant, pour l'emporter, il faudra imposer notre jeu,
tout en sachant que nous sommes dans le dur car nous avons enregistré de
nouvelles blessures ».





L e FCAG, qui reste sur une série de six succès à domicile face à Aurillac,
aimerait bien accrocher une septième étoile, ce soir, sur les bords du Gers.
Un tel cas de figure permettrait aux Auscitains d'enchaîner les déplacements
qui suivent, à Bourgoin et Grenoble, sans pression. Sinon, c'est l'inverse
qui sera vrai. Certes, les partenaires de Stéphan Saint-Lary se sont remis
dans le sens de la marche en disposant d'Albi, au stade Fouroux, avant la
trêve (15-9). Mais le FCAG « traîne toujours comme un boulet cette défaite à
domicile devant Dax », ne manque jamais de rappeler l'entraîneur gascon,
Grégory Patat, qui aimerait évacuer définitivement le fantôme landais. Or,
pour parvenir à ses fins, il devra composer avec un paramètre dont il se
serait bien passé. Tandis que les adducteurs de Romain Casals et Sébastien
Bortolucci sifflent toujours, c'est une déchirure à la cuisse qui a
contraint Luc Bissuel à déclarer forfait à son tour. Privé de ses trois
talonneurs, l'entraîneur gersois a donc décidé de coller le numéro 2 dans le
dos de Yannick Delom et le 16 dans celui de Sylvain Abadie. Certes, le
premier a déjà occupé le poste en espoir et le second n'est pas rétif à
l'exercice. Il n'empêche que le FCAG se présentera face à Aurillac avec six
piliers sur la feuille de match. Une première qui pourrait « poser des
problèmes à l'impact mais donnera du poids à la mêlée sans être
préjudiciable au niveau de la mobilité », jure Patat qui se dit serein. En
fait, ce qui chagrine le plus le technicien gersois et son adjoint, Julien
Sarraute, c'est que ces aléas les ont obligés à réviser les gammes de la
conquête aux entraînements en prenant du retard sur l'évolution programmée
des séances : « Il était difficile d'avancer sur d'autres choses. On a fait
au plus juste en travaillant sur les fondamentaux ».

C'est aussi pourquoi une séance nostalgie sera offerte au public du Moulias
dans la mesure où le numéro 9, Christophe Clarac, sera préposé aux lancers
en touche. Du moins tant que Yannick Delom sera sur le terrain, Sylvain
Abadie étant jugé apte à l'exercice.

Mis à part ces ajustements obligatoires, Patat et Sarraute reconduiront la
même formation qui s'est imposée devant Albi, faisant de nouveau confiance
au talentueux trois quart centre sud-africain Luzuko Vulindlu, malgré son
peu de vécu avec le groupe. En revanche, le troisième ligne fidgien, Josefa
Domolaïlaï, enfin arrivé à Auch, attendra encore un peu. Il aura peut-être
sa chance et moins de pression à Bourgoin ou à Grenoble. A condition, bien
sûr, que le FCAG atteigne son septième ciel cantalien.

Les équipes
Auch :

Grimaud ; Bosque, Acebes, Vulindlu, Ascarat (o) Dut (m) Clarac ; Medvès, De
Pauw, Saint-Lary (cap) ; Tapasu, Bernard ; Menkarska, Delom, Magnan.

Remplaçants : Abadie, Nérocan, Lacroix, Jenkins, Duffau, Salle-Canne,
Brethous, Bougherara.

Aurillac :

Petijean ; Valentin, Herry, Kemp (cap), Coetze (o) Pottas (m) Boisset ;
Hireche, maninoa, Maituku ; Datunashvili, Pinet ; Natsarashvili, Clark,
Asieshvili.

Remplaçants : Catanzano, Fournier, Marechal, Roca, Gracia, Yobo, Ratu,
Basile.

3 questions à
Julien Sarraute
Quel bilan tirez-vous de ce premier bloc de cinq matches ?

« Il est très mitigé, mais correct au point de vue comptable. Nous avons
connu un début difficile avec la déconvenue survenue lors du match contre
Dax. Cela a laissé indéniablement des séquelles. Nous avons tiré des
enseignements de ce revers pour réagir. Nous sommes parvenus à nous
remobiliser très vite et ça commence à porter ses fruits ».

Est-ce que la mini-trêve a été salutaire ?

« On le verra ce week-end. Elle est tombée à point nommé, particulièrement
en raison de la cascade de blessures. On a laissé quelques jours de repos
aux joueurs qui en avaient bien besoin avant de recommencer jeudi pour
préparer au mieux le match à venir ».

Comment voyez-vous ce match face à Aurillac ?

« Ce sera difficile comme lors de toutes les rencontres. On voit bien que
tout le monde est capable d'aller s'imposer n'importe où. Ce championnat est
vraiment compliqué. On fait ce qu'il faut aux entraînements pour retrouver
de la sérénité. Cependant, pour l'emporter, il faudra imposer notre jeu,
tout en sachant que nous sommes dans le dur car nous avons enregistré de
nouvelles blessures ».



Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum