AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

DAX s'impose 21 à 15 au Moulias Troisiéme défaite consécutive à domicile !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Décalages…

Michel Sespiaut - Chroniques en plein Gers


1er capitanat pour David Penalva

Samedi 7 Mars 2010

Stade Jacques FOUROUX à AUCH
Temps sec et froid 3000 spectateurs

Fiche Technique
FC Auch Gers 15 - Dax Landes 21

MT: 3-12; 2.000 spectateurs; arbitre: M. Dutreuilh (Pays-de-Loire).
Vainqueurs: 7 P Petitjean (13, 25, 29, 35, 50, 57, 60)

Vaincus: 2 E (48) Bruère, (65) Bérot, 1 P (39) Salle-Canne,1 T (65) Bérot.

Evolution du score: 3-0, 6-0, 9-0, 12-0, 12-3 / 12-8, 15-8, 18-8, 21-8, 21-15.

Auch: Duffau; Bosque, Acebes, Paterson (Thierry, 60), Bérot (o) Cortès (m) Salle-Canne; Eymard (Medvès 57), Rongiéras (Ricaud 52), Espagno; Valdès, Pénalva (cap, Tapasu 57); Landry, Bruère (Casals, 60), Delom (Suster, 52).
Exclu. Tempo.: Ricaud (59, antijeu); buteurs: Cortès (0/1 P), Salle-Canne (1/2 P), Bérot (0/1 P, 1 / 2 T)

Dax: Diaz; Nanuku, Marticorenna (Aramburu, 65), Lagardère, Mazières (Narukutabua, 58) (o) Petitjean (m) Morlaes (Vergallo, 69); Bornman (August, 58), Thompson, Lièvremont (cap); Carpentier, André; Poulain (Rameau 50), Pedrosa (Ducasse, 62), P. Balan (Kuratashvili, 58).
Exclu. Tempo. : Mazières (33, brutalité; buteur: Petitjean (7/7 P).



Comment rendre fidèlement rendre compte de ce match sans passer par la case infirmerie abondamment garnie par le rythme Stakhanoviste des travaux d’Hercule qui impose aux brise-fers Auscitains 10 matchs consécutifs, une hérésie au regard du petit nombre de contrats professionnels dont le FCAG dispose mais c’est ainsi !

FCAG : sans Bastélica et Clarac, saison terminée pour Murre
Coup dur pour le pilier du FCAG, Juan-Manuel Murre. L'international portugais, qui va devoir se faire opérer des cervicales, en a terminé avec sa saison. Et comme, après son carton rouge de samedi dernier, Grégory Menkarska devait purger un match de suspension, les portes s'ouvrent pour les piliers espoirs Gaëtan Landry et Arnaud Etchegarray. De leurs côtés, Thomas Bastélica (cervicales) et Christophe Clarac (cuisse) ont payé un lourd tribut à la dernière défaire contre Lyon (18-25). Ils rejoignent Stéphan Saint-Lary (côtes), Renaud Dulin (pouce) et Vincent Campo (cuisse) à l'infirmerie. En revanche, Benjamin Feilles et Nathan Thierry faisaient leur retour.
L'équipe du FCAG alignée devant Dax proposait :
troisième défaite consécutive à la maison , paradoxe quand tu nous tiens ! Après avoir souffert subit tout le long du premier acte , c’est pourtant ce même FCAG et sa mêlée de minots qui a marqué deux essais de belle facture et disposé de la balle de match à deux minutes de la fin

Photo l'incombustible flanker Mickael Eymard
Pour qui n’aurait pas assisté à la rencontre cette nouvelle défaite pourrait apparaitre comme la marque inéluctable de la fatalité et pourtant !

Dès le coup d'envoi, les Auscitains se livrent sans complexe investissent le camp dacquois. Avec une bonne conquête en touche ou Eric Espagno compense avec qualité la blessure du capitaine Stephen Saint Lary , les Rouges et Blancs enchaînent dans l'axe au cœur avec un Sergio Valdès exemplaire à la pointe du combat.
Le paradoxe de la mêlée

Les Dacquois appuient d’entrée là ou ça fait mal, orpheline à droite de Greg Menkarska empêché de participer au débat par l’abominable Mr Sclafer( cf. chronique de la semaine dernière ) Gaétan Landry prend ses marques le baptême est difficile sur la première mêlée les Landais en imposent et secouent la jeune garde qui ne se rend pas !
Mais à l’image du jeune pilier droit qui ira « a mas » et tiendra le match entier , bousculant l’évidence jusqu’à prendre l’ascendant avec son compère Yaya Delom suppléé par Roman Suster , La jeune mêlée Gersoise ne désarme pas et entretient la veine inépuisable , ce sillon Gersois des hommes forts qui participe de sa légende

Il faut attendre la 10e minute pour voir les Dacquois et les missiles de l’inévitable Petitjean faire mouche pour inscrire les trois premiers points de l'USD (0-3, 13e).

Les partenaires du néo capitaine David Pénalva souffrent toujours autant en mêlée fermée, mais maintiennent le bâtiment à flot sans rompre, l'USD maintient l’étreinte sur sa proie , la bête est blessée et elle a senti l’odeur du sang .
Le Moulias comme ses protégés subi lui aussi, ambiance douché presque résigné , chronique d’une défaite annoncée promise au réalisme du buteur Dacquois

le FCAG vit d’expédients, de rapines . Réduits à défendre, les Auscitains se mettent à la faute tombent trop de ballons . Confirmé à l'ouverture, Anthony Lagardère relégué au centre de l’attaque Dacquoise. Maxime Petitjean en profite pour enfiler les pénalités comme des perles le jeu Dacquois se nourrit des fautes Gersoises .
Dans toutes les positions, l'artilleur Dacquois convertit chaque temps fort de son équipe qui a déjà fait le break à la pause (3-12). Après son 6/8 contre Aurillac, il inscrira d'ailleurs au pied les 21 points de la victoire landaise , fermez le ban ..
Face au sans-faute de Maxime Petitjean (sept sur sept dans ses tentatives de pénalités), les buteurs auscitains ont encore souffrent inévitablement de la comparaison. trois pénalités et une transformation enfumés et 11 points qui coûtent cher à l'arrivée , rien de moins que la victoire en dépit des deux essais marqués de bien belle facture

même en supériorité numérique, les Auscitains offrent une nouvelle opportunité à Petitjean, qui, de 40 mètres, ne s'en prive pas (0-12, 35e).
Juste avant les citrons Salle-Canne, des 20 mètres ouvre enfin le score (3-12, mi-temps)
Comme dirait le Dacquois Albaladejo ,la cabane est tombée sur le chien, mais il n’est pas mort ...
Boule descend de la tribune honneur , il a la masque tout de frustration et de retenue , les copains souffrent et il ne peut pas les aider , foutue suspension !

Les regards ont portés , la mi temps salutaire

le FCAG a balayé le doute de l’inhibition et décide quitte à mourir autant le faire pour ses idées . Acebes intraitable , insaisissable à le mérite de tenter même des coups impossibles
le zébulon se multiplie et impulse un mouvement intéressant avec Cortès au relais , bien inspiré dans la conduite du jeu lui aussi, mais les avants Gersois sont bloqués à portée de ligne, qu’importe l’esprit du mach vient de basculer les irréductibles de retour .
Devant l’adversité et les mauvais coups du sort, une nouvelle fois Le FCAG a le mérite de relever la tête, « Proud Proud fiers fiers » le cri de ralliement Gallois . de la fierté au panache c’est juste une chanson de geste
Sébastien Bruère « sérial scoreur » convertit en essai rageur une pénal touche impeccablement désaxée, c’est son second en deux matchs .
Las coté Gersois des scories demeurent, comme cette fâcheuse habitude de concéder des points sur les renvois
Petitjean métronome imperturbable enfile les points de la pelote Dacquoise comme d’autres les perles, 37 mètres face sur un écran auscitain (8-15, 50e), de 20 mètres face après une faute au sol (8-18, 57e) et de 38 mètres face après un acte d'antijeu de Ricaud qui lui vaut un carton jaune (8-21, 60e).

Tout est perdu for l’honneur

Les « irréductibles » veulent bien mourir mais debout et pour leurs idées
Perdu pour perdu , il n’est plus question de stratégie là ou nous nous sommes épuisés à jouer devant une défense parfaitement en place plutôt que de pousser les gonds dans l’axe, il est temps de se lâcher pour ne pas avoir de regrets


Sur une récupération suivie d’une belle charge de Gaétan Landry définitivement baptisé , un relai de Salle-Canne qui profite de l'ouverture pour se faire la belle. Le demi de mêlée gersois sert Cortès d'une passe en cloche qui offre sur un pas l'offrande à son ailier Bérot. Erwan Bérot, d'un joli crochet intérieur fait parler sa pointe de vitesse pour avaler l’intervalle et plonger en coin un essai libérateur qu’il transforme lui même (15-21, 65e).

Le stade Fouroux a reconnu les siens et explose enfin, le doute vient de changer de camps !
la mêlée gersoise enlève le frein de son inhibition , la jeunesse et la fougue au relai jusqu’à prendre l'ascendant sur sa rivale emportant dans son rush final de bien belles promesses d’avenir pour un attelage à porter au crédit de la « formation à la Gersoise » .
Renversement incroyable et néanmoins espéré , les « minots » Landry et Delom encadrés par Sébastien Bruere puis Cazal démontrent que le totem de la mêlée Gersoise a du sens , du répondant et surtout un avenir
Repose en paix Maitre Jacques

Tant qu’il y aura à Auch des hommes forts dans la cage le Moulias grondera ;et la grosse caisse au cœur des entrailles martèlera les appuis les impacts , jusqu’à renverser les montagnes du doute
Face à l’évidence économique qui commande de baisser l’échine et de rentrer dans le rang il y aura toujours une poignée d’irréductibles prêts à entretenir l’espoir , croire dans les siens c’est aussi croire en soi , donner sa chance à l’enthousiasme à l’insouciance de la jeunesse et d’une nécessité faire une identité assumée, rugby Auscitain révélateur bonifieur de talent , comme la promesse qu’on voudrait éternelle de relever le gant et croiser le fer avec cet esprit de mousquetaire qui à la fin de l’envoi , nous touchent qu’on appelle , panache
Le salut passe par le jeu

le FCAG lance ses dernières forces dans la bataille, la bascule est patente , le volcan du Moulias que l’on croyait trop vieux s’ébroue , éructe prêt à exploser, il a reconnu les siens .
Deux minutes déjà mais deux minutes encore, une première pénal touche catapultée par Vincent Cortes à cinq mètres de la ligne, une seconde , les Dacquois sacqueboutes en défense s’accrochent aux branches , cherchent de l’oxygène pour repousser les derniers assauts auscitains , l’hallali n’est pas loin

les Dacquois heureux du dénouement ne lâcheront plus leur proie, deux pénal touches successives , deux envols d’ Eric Espagno entretiennent l’espoir mais il faudra se contenter du cinquième bonus défensif à domicile (pour sept défaites ) alors qu'ils étaient à cinq mètres d'un succès bonifié à cinq points.

Mourir debout à une encablure du bonheur , fichue saison , mais sacré minots , et au final n’en déplaise aux esprits chagrins une défaite qui annoncent des promesse à lever pour peu que nos encouragements les portent encore plus haut

la promesse entrevue en bout de match d’une victoire à domicile s’évanouie devant des Dacquois vainqueurs au points qui entretiennent encore un infime espoir de qualification

la victoire tant attendue s’est envolée mais elle repassera, soyez en sur, un gros tombera au Moulias , je vous en fiche mon billet, les paris sont ouverts ! .

«en daban toustem” – En avant toujours

L
Lou BERET Robin et Quentin Photo Jeremy Deluc

http://louberet.skyrock.com

http://www.gascognefm.com/
en ligne sur la Radio Gascogne FM RUGBY TERROIR AMAZONE – Le forum de discussion autour des comptes rendus de match

Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum