AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Trou d’air ! AUCH en panne s’incline à domicile 3 à 19 devant une équipe MONTOISE qui avait bien préparé sa revanche .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
RUGBY TERROIR AMAZONE – Décalages…

Michel Sespiaut - Chroniques en plein Gers


Samedi 30 Janvier 2010

Stade Jacques FOUROUX à AUCH
Petite chambrée 3000 spectateurs
ARBITRE Mr LAMIRAND ( Comité du Béarn )

FC AUCH GERS 3 MONT DE MARSAN 19
Homme du match Anthony Sallecanne


- Pour AUCH 1 Pénalités de Benjamin FEILLES ( 39e)
- Pour MONT DE MARSAN 1 essai MAZONNETO ( 65e )
3 Pénalités DUVALLET ( 26e 49e 62e




Trou d’air ! AUCH en panne s’incline à domicile devant une équipe MONTOISE qui avait bien préparé sa revanche .


Panne d’allumage sur le Moulias !

Ecran noir hier soir à Jacques FOUROUX ou des Auscitains atones à l’image du public ne sont jamais rentrés dans la partie se heurtant à une équipe Montoise remontée et revancharde, présente dans les rucks , solide sur les ballons portés , les jaunards Landais n’avaient pas oubliée la défaite du match aller à Guy Boniface qui leur avait mis la tête à l’envers en nous rendant la monnaie de la pièce bien joué .

Un prêté pour un rendu prévisible, car après la nouvelle défaite Montoise à Aix, de la semaine passée Dalmaso et Prosper avaient soumis leurs hommes à la question pour une opération commando dans le Gers qui a porté ses fruits à notre grande déconvenue .

Mont de Marsan semble avoir oublié pour un moment ses soucis budgétaires et enfin digérée sa descente du train du TOP14 .


Une affaire de trou !

Avant le trou d’air subit le soir dans son antre par la formation Auscitaine, en produisant son plus mauvais match de l’exercice en cours et à oublier très vite !

Les soubresauts mal à propos visant à solder les mécomptes de la saison passée avaient faits les choux gras de la presse locale, étalés en première page le matin même du match jusqu’à prendre le pas sur la confrontation sportive

Une affaire de trou , dont on imagine sans peine qu’ils appellent à des réactions et commentaires en retour , on ne peut que s’interroger sur l’opportunité du moment, a saisir l’opinion pour réactiver quelques braises sur des foyers qu’on pensait circonscrits, quand le maintien sportif s’inscrit encore en pointillés et que la pérennité du club semble engagé avec détermination sur la bonne voie . Le Président Belooussoff a toutefois rassuré tout son monde en indiquant qu’il tiendrait ses engagements en restant aux manettes pour apurer la situation.

La sérénité peut donc rester de mise dans le landerneau Gersois qui ne devrait devoir se préoccuper que de son maintien sportif dans les prochaines semaines


Ces échanges et amabilités par médias interposés n’ont plus rien de subliminal mais nous font craindre surtout un nouvel emballement sur fond de gesticulation médiatique, dont on sait par avance qu’ils ne procurerait aucun bénéfice au FCAG en terme de reconquête d’image
Des brulots en forme de contre feux , comme le remake d’un mauvais scénario en noir et gris qui a occupé toute la saison précédente et dont nous ne voulons plus. Dont acte !

Au nom de tous ceux qui consacrent un peu de leur temps chaque semaine à lire ces quelques lignes écrites à l’encre de la passion, ma contribution et un parti prix assumé à la défense de nos « irréductibles » hier soir aux abonnés absents ! ,j’appelle les intéressés au nom de cette majorité que l’on dit silencieuse, au sens de l’intérêt collectif qui commande de dépasser les divisions et les conflits personnels sur fonds de règlement de compte pour faire la preuve de l’attachement sincère qu’il portent à ce club de cœur

Une fois les nécessaires éclaircissements apportés , tourner une fois pour toute cette page douloureuse

Par leur sens des responsabilités ils laisseront toute sa chance à la refondation, incarnée par l’arrivée de Gregory Patat aux commandes sportives du club et qui fait du très bon boulot
Au moment ou nos coachs s’apprêtent à dessiner les contours de la saison prochaine, consolidant un groupe qui jusqu’à hier soir avait fait preuve d’un engagement irréprochable à la hauteur du dévouement collectif qui a permît à ce club de se relever quand tout semblait perdu . A méditer !

L’heure pour nous tous, de nous montrer à la hauteur de la tradition d’un club convivial, et attachant qui figure malgré la modestie de ses moyens en bonne place entre ses glorieux anciens et ses trophées dans l’histoire du Rugby Français, et nous laisse à tous plus de devoirs que de droits ! .

Un club qui ne mérite pas d’être sacrifié sur l’autel de la rancœur !

La contre performance sportive du jour qui nous fait ce matin mal à la tête, en deviendrait alors presque anecdotique au moment ou Colomiers Rugby que nous rejoindrons dimanche pour une « rencontre entre amis » et qui a vaincu Aurillac à Bendichou, reste à 7 points d’Auch et que le premier relégable Aixois étrillé à Narbonne à 13 points ne constitue pas une menace trop pressante !

Cette nouvelle défaite à domicile c’est surtout l’occasion de nous rappeler de façon impérieuse que la seule vérité en fin de compte, le seul juge de paix devant lequel on ne peut pas faire appel est le terrain de vérité , vers lequel doivent converger les efforts de tous ceux qui consacrent temps énergie et moyens, contributeurs plus ou moins anonymes, dirigeants Partenaires supporters, afin que perdure cette belle exception Rugbystique Gersoise comme le démontrait en dépit de la défaite la belle affluence hier soir sous les deux chapiteaux Partenaires et Bodega , ou Gascons et Landais au son de la Banda Los Clapicos de Pavie allumaient la nuit dans les traditions de la convivialité

Ce petit miracle permanent que le réalisme froid du modèle professionnel de l’économie sportive malmène, mais que beaucoup nous envie , ne doit pas faire oublier le bonheur ni le lien identitaire qu’il a tissé et nous donnera encore pour peu que nous ne nous ne perdions pas de vue que notre responsabilité ultime , celle au-delà de toutes les autres et qui s’impose à nous c’est un jour, de transmettre ce club afin de prolonger son histoire au-delà de nos considérations personnelles comme nos prédécesseurs ont du le faire avant nous
Toute la noblesse de notre engagement de dirigeant est là


Coté terrain

Moulias morne Plaine !

L’oraison à Maitre Jacques, trouve ici sa prolongation ; tant la partie d’hier soir fut crispante, les intentions douchées par une pluie incessante noyant toute velléité offensive sans que nos protégés ne parviennent à se libérer ou nous donner à penser qu’il pouvait s’imposer et renverser le cours d’un match très mal engagé !

Une forme d’impuissance collective à franchir les barbelés Montois à laquelle, en dépit des absents et des blessés on ne s’attendait pas !

A tord ou à raison j’avais célébré comme une bouffée rafraichissante la belle résistance de nos petiots sur la pelouse d’Armandie , réussissant à faire déjouer la belle mécanique Agenaise habituée à rouler plutôt qu’à se faire démonter .

Cette allusion n’est pas gratuite car l’influx livré dans le Lot et Garonne a semblé manquer hier soir cruellement au moment de livrer un match qui devait nous rapprocher du maintien et nous a surtout mis le doute

Nous n’étions visiblement pas prêts à livrer une guerre à des Montois déterminés , chloroformés que nous étions à tord par la performance en trompe l’œil d’Armandie

Englués embourbés, dans la glaise du Moulias , notre équipe a paru sans force ni imagination , le fantôme des révoltés d’Armandie ou les trublions Gersois avaient visiblement laissés trop de forces dans la bataille
La mise au repos de Greg Menkarska et de Mickael Eymard que l’on retrouvait hier soir avec confiance n’a pas suffit pour réanimer la flamme d’une saine agressivité collective en panne hier soir . le score étriqué de parité (3 à 3) à la mi temps était presque inespéré mais la suite confirma que pour le FCAG se serait bel et bien jusqu’au bout, un jour sans.

Il est commode dans ces moments là de regretter l’absence de la solidité rassurante d’un David Penalva actuellement en grande forme au cœur des regroupements, parti en sélection, sans que l’on puisse reprocher grand-chose individuellement à nos protégés, la défaite reste affaire collective, et le nécessaire rachat passera irrémédiablement par une saine révolte du groupe dés dimanche prochain , que ce soit au niveau de l’engagement comme de la détermination , un groupe qui devrait par la force des choses rester inchangé ; Hugo Rongieras retenu en sélection Universitaire mis au repos forcé , Mathieu Acebes en France à 7 , David Penalva et Juan Manuel Murre dans le Tournoi FIRA. On ne saura jamais si en leur présence, la tournure des évènements aurait été différente

En panne de conquête à la touche, un accident de parcours au regard de nos possibilités avérées , contrés en mêlée fermée quand le bénéfice de nos avancées hier soir fut consciencieusement négligé par le référé du soir ( on en a pris malheureusement l’habitude) , Mr Jerome LAMIRAND émule des implants capillaires à la Pechambert lui interdisant dés lors d’avoir la mèche sur les yeux, l’épreuve de la mêlée fut donc consciencieusement zappée par le divin chauve , sans que nous ne contestions pour autant , je tiens à le dire la victoire Montoise .

Les manques

On n’accablera pas notre équipe visiblement dans un jour sans et passée à coté de son match de bout en bout , si ce n’est de constater que l’allumage du moteur à réaction avant toute autre considération technico tactique sera attendu à l’occasion du déplacement en Haute Garonne ou nous n’aurons rien à perdre quand l’esprit comptera au moins autant que le résultat
On ne peut une nouvelle fois que stigmatiser l’indigence de notre jeu au pied défensif , englués dans la mélasse d’un Moulias copieusement arrosé , nous fumes cantonnés à hauteur de nos propres 40 mètres quand les artilleurs Montois nous bombardaient d’ogives air sol nous renvoyant limer le fonds de notre en-but , qu’un vent capricieux s’ingéniait à maintenir

On pourrait barguigner en regrettant la trajectoire capricieuse de ce ballon contré , poussé au pied en première période par Anthony Sallecanne finalement devancé d’un souffle dans l’en-but
Anthony soit dit en passant , le meilleur Auscitain surnageant au milieu de l’apathie générale, pour ses prises d’initiative et sa volonté de secouer la meute et qui match après match impose une présence constante au meilleur niveau

Regretter enfin cette pénalité face oubliée par Benjamin Feilles qui pouvait nous ramener à égalité en début de seconde période
Mais c’était déjà le signe que le sort ne nous serait pas favorable et la défaite sèche ( 3 à 19 )

Demain est un autre jour , recharger les accus de la détermination et se préparer à une confrontation ou la tête et les jambes , les hormones et la cohésion seront plus que jamais déterminants . La motivation quand à elle , elles est toute trouvée !


“en daban toustem” – En avant toujours

Lou BERET



http://louberet.skyrock.com

Les amis retrouvez mes Rubriques en ligne sur la Radio Gascona FM

http://www.gascognefm.com/

Le forum de discussion autour des comptes rendus de match

http://auchrugbychroniques.forumsclub.com/forum.htm

Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum