AUCH RUGBY CHRONIQUES FORUM

Ce forum est dédié aux chroniques colorées des rencontres du FC Auch Gers revisitée par Lou BERET et aux amis du Rugby terroir amazone


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

FCAG aprés DAX- AUCH et une défaite improbable, une réaction est attendue !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin


Admin
RUGBY TERROIR AMAZONE – Décalages Chroniques en plein Gers Michel Sespiaut

US Dacquoise 24 - FC Auch-Gers 16

Samedi 24 Octobre 2009 à DAX Stade Maurice Boyau

US DAX Diaz - Narukutabua, Courtade, Marticorena, Nanuku - (o) Lagardère, (m) Morlaës - Bornman, Thompson, Lièvremont (cap) - Carpentier, André - Poulain, Pédrosa, Balan. Remplaçants : Rameau, Ducasse, Bert, August, Vergallo, Labèque, Vignau-Tuquet, Whalley.

FC Auch Gers Delom-Campo-Menkarska-Penalva-Valdes-Medves-Ricaud-Saint Lay-(cap)-Sallecanne-Cortes – (O)-Thierry-Patterson-Dulin-Acebes-Berot, Remplaçants-Bruere-Tapasu-Bastelica-Espagno-Duffau-Murre-Etchegarray-Feilles.

AUCH puni par les manquements de son jeu au pied et un défaut de maitrise, perd une rencontre largement à sa portée !

Au terme d’un match tout en frustration, le FC Auch Gers perd dans les Landes le gain d’un match face à un adversaire dans ses cordes et laisse aussi un précieux bonus défensif qui ne demandait qu’à tomber dans son escarcelle

Chronique d’une réaction attendue …

Les Dacquois d’abord atones en proie au doute depuis le début de saison , malmenés devant dans l’entame furent bien prêts remis en selle par le manque de maitrise Gersois et des absences inhabituelles en défense en pointe , et bien heureux de prendre le bonus offensif au terme d’un match qu’aucune des deux équipes ne maitrisa.
Mais hier soir, on n’était plus à un paradoxe prés !

Pour en finir avec le manque de maitrise et de réalisme !

Face à l’art consommé du politiquement correct et du copeau de
Demi-vérités balayées par la langue de bois au conformisme consensuel « ça ira mieux demain » notre devoir est de dire que l’équipe Auscitaine doit réagir sans délai

S’il n’appartient pas à ceux qui défendent contre vents et marées les couleurs et placent les hommes avant toute chose, les mêmes qui ont traversés avec eux toutes les campagnes, ramés dans les mêmes galères pour tenir le cap au milieu des tempêtes, qui tiendra le langage de la sincérité à ceux que l’on aime assez pour vouloir les voir grandir encore et parce que justement on les considère.

Rien de nouveau sous le soleil depuis Beaumarchais l’insolent et le mariage de Figaro craint des médiocres et pourfendeurs des courtisans intéressés, qui nous appris que sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloges flatteurs

De quoi balayer la retenue et refuser la fatalité de carence répétés et qu’on se désespère un peu de voir poindre une amélioration
Une salutaire remise à plat s’impose, à une semaine de la rencontre face à Aurillac qui désormais devient capitale. Meilleure réponse collective devant les tombeurs du leader Narbonnais, pour éliminer la frustration d’hier soir et confirmer l’objectif du maintien

Désormais le slogan aux lèvres de tous les supporters des « irréductibles » à domicile tient en quatre mots,
Une victoire sinon rien !

Un consensus mou serait faire injure à l’investissement sur le terrain des hommes qui ne se démentit pas et l’encadrement dont l’implication ne se démenti pas doit rechercher des solutions alternatives quand notre buteur est défaillant afin de ne palus laisser filer les rencontres
Se contenter de la situation actuelle serait aussi faire injure a la capacité de progression d’un groupe, qui pour nous avoir fatalement déçu hier soir, conserve intactes notre estime et notre confiance en des jours meilleurs, ne serait ce qu’au regard de l’engagement qu’ils mirent tous sans exception dans la rencontre
Pour autant ensemble, il faut refuser la spirale de l’échec qui menace de mettre à mal un bon début de saison et apporter les corrections attendues depuis Tarbes
A ce titre les blessures n’expliquent pas tout ; même si la défense haute d’un Titi Bosque nous aurait été fort utile hier soir, face au Fidjien intenable Nanoku

Cette prise de conscience individuelle et collective passe par une réaction immédiate et sans appel dés la prochaine rencontre dans le registre de la maitrise technique qui nous a fait cruellement défaut à Dax, dans nos temps faibles et peut être encore davantage sur nos temps forts .

Cette remise à plat consiste à disposer sur le terrain d’un buteur assez fiable pour convertir nos temps forts et récompenser le fruit du travail des hommes des soutes ces travailleurs de l’ombre qui souquent sang et eau pour gagner les arpents à portée de but , la tête d’une mêlée encore conquérante hier soir , qui s’agace en bout de match de frustration devant l’impuissance de notre domination à fuir 3 fois sur 9 le berceau des perches

Hier au soir nous n’étions pas à un paradoxe prés

Emporter la belle Dacquoise aux yeux noirs dés la première période pour repartir finalement embrasser fanny, tu parles d’un scénario.

Non le score serré de la première période traduisait déjà nos insuffisances car Oui la victoire était à notre portée, Non les Dacquois ne nous étaient pas supérieurs hier soir, trop heureux après avoir tremblés d’un succès assez large au score pour véritablement regretter un bonus offensif gentiment ouvert par les largesses inhabituelles de la défense Auscitaine
Oui pour avoir vibrés maintes fois à leurs exploits insensés nous n’acceptons pas facilement de subir la frustration actuelle teintée de fatalisme ou voudraient nous plonger tous les chantres du rugby professionnel au prétexte de la modestie de nos moyens même si nous sommes un peu condamnés à l’exploit permanent

Oui notre effectif est un peu juste et un pied agile serait le bienvenu

Oui le Rugby Auscitain a encore toute sa place dans le rugby Professionnel
Oui pour être compétitif en PRO D2 deux exigences demeurent incontournables un pack d’airain et un meneur buteur affirmé pour lancer l’offensive

Le chat est maigre « Lou Gat i magre » patois Landais .

Pierre Albaladejo Monsieur Drop, désormais président de la commission d’étique du Rugby Français après avoir été aux cotés de Roger Couderc ce consultant avisé et savoureux qui avait su nous éveiller, les après midi de Tournoi des V nations, à la passion de ce jeu inimitable, nous fit avec la courtoisie et la simplicité des plus grands l’amitié de nous accueillir Philippe F. et moi en tribune au milieu de « l’académie Dacquoise » des Dourte père Bérot Bastiat Lescarbouraa et autres Jean Pierre Lux . Inutile de préciser que Lou Beret s’acheta pour l’occasion une attitude exemplaire et mis sa ferveur en veilleuse pour mieux profiter d’un moment magique
Pierre Albaladejo a mille fois raison de souligner que certaines insuffisances techniques ou tactiques sont difficilement acceptables même au sein de la « réserve » du Rugby Professionnel, au regard du standard que requiert l’appellation contrôlée du Rugby Professionnel associé aux enjeux financiers qui le soutiennent, et du temps passé pzr les nouveaux Stakanovistes de ce jeu à répéter inlassablement combinaisons et tactiques jusqu’à réaliser le geste juste comme le ferait toput à fait normalement un artisan qualifié
Le jeu de rugby n’est pas une science exacte mais il demande de la précision dans l’improvisation relative induite par un spectacle sans cesse renouvelé, pour autant on est en droit d’attendre une tout autre production entre deux équipes de milieu de tableau

La valse des entraineurs et des joueurs qui devient la pratique commune , l’impatience et l’exigence de résultats en sont les conséquences directes , c’est pourquoi la qualité relationnelle préservée encore dans un club comme le FC Auch Gers qu’il concilie au mieux avec les exigences du professionnalisme doit être perçue par tous comme une chance mais surtout pas être pris comme un aveu de faiblesse
Il faut louer la volonté farouche de quelques uns à préserver une certaine étique, imposé aussi par les circonstances, mais peu importe elle témoigne surtout de l’idée que l’on se fait sur cette Terre Gersoise d’une pratique professionnelle qui conserve son appellation d’origine de jeu de rugby

Bala le sage, sans épargner aucune des deux équipes en présence qui balbutiaient consciencieusement leur rugby, estimait que la rencontre d’hier dans la non maitrise technique de certains fondamentaux était significative de ce constat de carence

Comment ne pas être interpellé par l’analyse de ce grand observateur de ce jeu depuis un demi siècle qui relevait en écho à ce manquement de jeu et de spectacle la baisse d’affluence de son club , comment en vouloir quand le spectateur est plus un consommateur qu’un supporter, abreuvé jusqu’à plus soif de retransmission de rugby d’élite dans la lucarne magique au creux de son canapé de salon et qu’il faut sortir au froids et aux intempéries pour voir un match de médiocre facture
Le sacerdoce a ses limites …

Quand tous les partenaires ne sont pas des mécènes désintéressés et que le spectacle confine au débat entre initiés sur la vertu de tenir la chandelle et que le spectacle n’est pas à l’affiche, le repas d’après match peut tourner à la soupe à la grimace, surtout quand le sponsor à l’image du public au regard de l’investissement et du prix des places est devenus volages à l’ère du zapping et recherche ce qui brille

Professionnalisme droits et devoirs

Le confort très relatif du professionnalisme institué à tous les étages sur et autour des terrains quand les compétences mobilisées n’ont jamais été aussi nombreuses ne supporte plus certaines approximations
Le tout sportif d’une carrière joueur éclair qui dure moins de 10 ans dopée par des agents pour lesquels un joueur qui ne bouge pas n’est pas profitable semble gagner peu à peu la fédérale qui récupère les « invendus » en attendant que les séries régionales se piquent au jeu , après tout Jonah Lomu évolue en Fédérale 2, comme me le confiait « Bala » est mis en balance avec les exigences et les contreparties que l’on est en droit d’attendre de tout bon professionnel sans compter le voile pudique que laisse retomber le système sur l’après carrière quand il n’est pas brumeux

Comment réfuter, les arguments du garant de l’éthique, immortalisé par la fameuse citation que n’aurait pas dénié le meilleur Jean De Lafontaine
« Le chat est maigre » notre match et notre défaite sèche et même la victoire Dacquoise en trompe l’œil ne pouvait infirmer notre échange

Pour en revenir à la confrontation pâlotte du jour entre Dacquois et Auscitains que l’on oubliera aussi vite
Que ce soit dans le jeu de déplacement le jeu de ligne ou la conversion des pénalités fruit du travail acharné de nos avants irréprochables encore hier soir , les Auscitains ont déçus leurs supporters , bien sûr pour avoir gâché une victoire qui leur tendait les bras , quand nos avants avaient pris le match au collet et muselé le pack Landais , mais surtout pour n’avoir pas su « tuer le match » quand c’était possible en vendangeant les occasions que laissaient trainer les Dacquois prodigues !

Les mêmes constats se renouvellent avec insistance, match après match sans que l’on voie une progression dans la maitrise et plus inquiétant en particulier dans le jeu au pied qui confinait hier soir à l’indigence temps forts, temps faibles comme dans la conduite du jeu autour de nos demis pas facilitée il est vrai par le turn over imposé par les blessures

En finir avec le surplace et le statu quo

Nos challengers pour le maintien Colomiers et Aix en Provence ont certes tous perdus sans bonus non plus , mais à faire du surplace 1 point pris en 3 matchs la confiance engrangée par un bon début de saison s’effiloche au risque de laisser la part du doute gagner les bonnes volontés qui animent cette équipe

Il faut réagir !

Sous peine de nous mettre en difficulté nos demis doivent peser davantage dans la conduite du jeu, nos attaquants passer la ligne d’avantage pour bonifier nos temps forts et soulager nos avants qui portent parfois un peu seuls le poids des matchs.

La sortie frustrée d’Anthony Sallecanne mécontent de la tournure du match est encourageante sur l’état d’esprit impeccable d’un groupe sain

Vincent Cortes doit se révolter, assumer la confiance des entraineurs et démonter bon pied bon œil qu’il a la pointure pour lancer l’attaque Auscitaine remaniée par les blessures, auxquelles s’est ajoutée celle d’Erwan Berot pas épargné par les pépins physiques. Benjamin Feilles cohérent et efficace à l’occasion de sa titularisation à Mont de Marsan et buteur consistant peut il constituer une alternative ? C’est bien entendu aux coachs et à seuls qui vivent au cœur de ce groupe d’en juger. .


AUCH le bon samaritain

Réveiller une équipe et un public atone seront nos deux seules performances du jour
Pourtant Anthony Lagardère l’ancien Auscitain s’était mis lui aussi au diapason des pieds carrés, pour vendanger quelques pénalités dont une face au perche en bout de première période

Rien n’y fit

Ce soir, de décalage horaire en forme d’heure d’hiver, c’est surtout de pendules à remonter ou plutôt de mettre à l’heure pour jouer dans le temps juste qu’il conviendra de parler au cours d’une semaine où la préparation mentale comptera plus que les passages en salle de muscu

Le serpent de bitume qui nous ramenait à travers les Landes vers les Valons Gersois mouillés des premières pluies d’automne avec Philippe à mes cotés nous réservait d’autres rencontres improbables
Ce n’est pas ce blaireau mis en travers de notre route par l’esprit frondeur de Jean de Lafontaine, échappé de quelque fable improbable qui pouvait nous détourner du même sentiment de frustration qui devait habiter nos joueurs au fond du car Martet à voir le cours des rencontres nous échapper et pousser le paradoxe à réveiller des équipes en proie au doute comme cette équipe Dacquoise, visiblement mal remise de sa descente de TOP14, et était pourtant bonne à prendre hier au soir
La pensée de cet échange avec Pierre Albaladejo atténuait à peine notre déception

Même si la foi Chrétienne commande de tendre l’autre joue, nous n’irons pas jusque là et nous soufflerions bien plutôt un sentiment de saine révolte à nos joueurs pour refuser la fatalité et culbuter le doute ennemi de la performance.
Samedi peu importe l’adversaire, devant Aurillac il s’agira donc de victoire et de rien d’autre et nous serons derrière eux comme toujours !


« En davan toustem » – En avant toujours http://louberet.skyrock.com


Les amis retrouvez mes Rubriques en ligne sur la Radio Gascogne FM

http://www.gascognefm.com/

Voir le profil de l'utilisateur http://louberet.skyrock.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum